Désir de l'Un, soif d'unité

Il me semble difficile de donner une définition de «la» spiritualité, mais je vais essayer de définir plus clairement ce que personellement j'entends par «spiritualité».

 

En Occident tout particuilièrement, et ce depuis longtemps, on a assimilé spiritualité et religion. Or si cette dernière en intègre certains aspects, elle peut aussi s'en éloigner. 

Si toute religion est fondée dans une spiritualité, toute spiritualité n'est pas une religion. Selon certains auteurs, la distinction se ferait ainsi: il y aurait dans la religion une perspective collective et dans la spiritualité une démarche plus individuelle.

 

La spiritualité religieuse est généralement associée à l'aspiration à se «relier» (du latin religare, racine du mot religion). Il s'agit alors essentiellement de se relier, d'entrer en communion avec Dieu, le divin ou ce que l'on pourrait appeler une «réalité transcendante». Par extension, une quête spirituelle, peut se concevoir comme une démarche visant à se relier à soi-même, aux autres, au Soi. Une recherche tout à la fois, de relation avec le Soi, avec l'autre et le «tout-autre».

 

 

Cette recherche de relation, d'équilibre et d'harmonie, qui suppose une ouverture, un désir de Connaissance, un accueil de «ce qui est», une présence à l'Etre est nourrie fondamentalement par un désir d'Union.

 

C'est le désir, cette grande soif de l'Un, qui n'a de cesse de nous mettre en marche vers cet état d'unité, au delà de la dualité  - et de la non dualité.  

Il s'agit alors essentiellement de se relier, d'entrer en communion avec Dieu, le divin ou ce que l'on pourrait appeler une «réalité transcendante»